Whistleblower.fr Propos antisyndicaux : le statut de lanceur d’alerte reconnu Législation

Propos antisyndicaux : le statut de lanceur d’alerte reconnu

Par un arrêt du 27 février 2018, la cour d’appel de Versailles a accordé le bénéfice du statut de lanceur d’alerte à un salarié ayant enregistré et transmis à un journal les propos inamicaux envers les syndicats et attentatoires à la liberté d’expression des salariés, tenus par un supérieur dans le cadre d’un entretien informel.
Le salarié avait, dans un premier temps, reçu un avertissement après avoir contacté par courriel des syndicats du Technocentre de Guyancourt pour les convier à une manifestation contre la loi Travail. Il avait ensuite été licencié pour avoir laissé diffuser par le journal Fakir les propos de son directeur lui interdisant de contacter les syndicats.
La cour d’appel juge que le licenciement du salarié est nul car attentatoire à la liberté d’expression.

Pour lire l’article de Mathieu Lajoinie, Avocat au barreau de Paris