Whistleblower.fr La protection des lanceurs d’alerte est-elle efficace ? Presse

La protection des lanceurs d’alerte est-elle efficace ?

Erin Brockovitch, Edward Snowden, Antoine Deltour, Nicole-Marie Meyer… Quelques noms célèbres de lanceurs d’alerte qui ont choisi de rompre le silence et de dénoncer des scandales. Et ce malgré les pressions et les menaces. Mais de quelle protection peuvent-ils bénéficier ? Un dispositif spécifique de protection des lanceurs d’alerte dans le secteur bancaire et financier a vu le jour. Explications avec Francesco Martucci, en partenariat avec Les Cahiers Lysias.

Ce sont des milliards d’euros de recettes, au moment où la France peinait à tenir la trajectoire d’ajustement devant lui permettre de retrouver la vertu budgétaire, qu’a permis de rapporter à la France une lanceuse d’alerte, ex-employée de la banque suisse HSBC.

Entre procédures judiciaires et ostracisassions professionnelles, le sort de l’intéressée ne s’est guère avéré enviable. Et pourtant s’il est un secteur dans lequel l’État a intérêt à se montrer bienveillant avec les lanceurs d’alertes, il s’agit bien de la banque et la finance. Les crises financières et de dettes souveraines ont catalysé des réformes qui ont considérablement renforcé l’architecture institutionnelle de la régulation financière.

Pour lire l’article de Ouest France