Transition numérique des entreprises : révolution ou phénomène de mode ?

L’Observatoire Social de l’Entreprise, réalisé par Ipsos et le CESI en partenariat avec Le Figaro,Market iT Transition numérique des entreprises : révolution ou phénomène de mode ? Digital
permet de faire régulièrement le point sur le moral des chefs d’entreprise et des salariés du secteur privé mais aussi d’approfondir un thème en lien avec la vie de leur entreprise.
La 10e vague de cet observatoire se concentre sur les évolutions barométriques de l’étude et la réforme du code du travail, mais aussi à la transition numérique et à son impact pour les entreprises, du point de vue des chefs d’entreprises comme des salariés.
Découvrez ici le premier volet transformation digitale.

Speed Vision au Festival de la Communication Santé 2015 avec Lionel Reichardt

Market iT Speed Vision au Festival de la Communication Santé 2015 avec Lionel Reichardt Digital
Vidéo du Speed Vision du Festival de la Communication Santé 2015 :
“Réseaux sociaux et santé … ce que Shakespeare peut nous apprendre”
par Lionel Reichardt, fondateur de Pharmageek.

Quelle gouvernance des projets digitaux pour les industriels de la santé ?

Market iT Quelle gouvernance des projets digitaux pour les industriels de la santé ? Digital
Comment les laboratoires pharmaceutiques et les entreprises de dispositifs médicaux s’organisent-ils pour maîtriser leur révolution digitale et répondre rapidement aux évolutions du marché, des usages et de la réglementation ?
Les départements affaires réglementaires et juridiques sont sollicités régulièrement par les services en charge des projets digitaux et à différents stades de leur avancement.
Le Groupe de Travail « PROJETS DIGITAUX» de l’AFAR a mené avec Market iT une enquête afin de mieux connaître la part que prennent les départements affaires réglementaires et juridiques dans les projets digitaux et identifier les best practices de gouvernance mises en œuvre.
Les principaux résultats de cette enquête ont été présentés lors du Symposium « Projets Digitaux » qui a eu lieu le 23 juin 2015 dans le cadre du congrès PharmaCompliance Paris organisé par Market iT.
Nous vous en proposons ci-après une synthèse.

From innovation to implementation – eHealth in the WHO European Region (2016)

This report describes the development of and emerging trends in electronic health (e-health) in the World Health Organization European Region in 2016.Market iT From innovation to implementation – eHealth in the WHO European Region (2016) Digital
Its content and key messages are based on data collected from the 2015 WHO Global eHealth Survey and the assistance of a number of key practitioners in the field. The report gives case examples to illustrate success stories in countries and the practical application of e-health in various settings. The key outcomes given provide evidence of an increasing appetite for e-health and indicate tangible progress in the mainstreaming of technology solutions across the European Region to improve public health and health-service delivery.
Together, the findings and analysis provided in this report offer a detailed insight into the development of e-health in Europe. Through the recommendations and proposed actions, WHO echoes its commitment to supporting Member States in developing their national e-health environments as a strategic component in the achievement of universal health coverage and the policy objectives of Health 2020 in the European Region.

Le big data en santé, pour quels usages ? Donnez votre avis !

L’irruption du numérique dans notre quotidien et dans l’organisation des soins génère des masses de données.Market iT Le big data en santé, pour quels usages ? Donnez votre avis ! Digital
Ces données, produites et stockées pour une raison précise (gestion des soins, des dossiers médicaux, suivi d’indicateurs…), peuvent également permettre de répondre à d’autres questions, servir d’autres usages : mises ensemble, ces données peuvent révéler des phénomènes jusque-là non observés sur les soins dispensés, détecter plus tôt l’émergence de maladies ou les réactions aux traitements, mieux comprendre les liens entre santé et activité physique ou environnement, etc.
L’analyse de vastes ensembles de données d’origines et de natures variées, c’est ce qu’on appelle le « big data ».
Mises ensemble, ces données sont également des révélateurs de la vie privée, de nos habitudes et choix de vie, certains neutres et d’autres plus intimes. Certains soulignent le risque de voir ces données exploitées pour développer des pratiques commerciales, assurantielles (ou autres) perçues comme intrusives, voire même discriminatoires. L’enjeu pour la puissance publique est d’être en mesure d’anticiper et d’encadrer les pratiques au bilan bénéfices/risques négatif.

Quels usages méritent d’être soutenus par la puissance publique et dans quelles conditions ?
Votre avis nous intéresse.

Quelques exemples d’usages :
–        M’aider à prendre en charge ma santé : Il s’agit par exemple d’applications de coaching en santé, d’auto-mesure, et de comparaison avec des groupes similaires. D’autres usages émergeants, de fiabilité inégale, proposent d’interpréter des symptômes hors de toute consultation médicale. Ces services se développent notamment grâce aux données partagées volontairement par les utilisateurs de ces applications et services ;
–        Faciliter le diagnostic médical grâce à la mise à disposition des données personnelles aux experts de la santé : Le big data permet par exemple le développement de systèmes d’aide au diagnostic médical à partir du traitement de grandes masses de données cliniques individuelles; d’outils permettant la personnalisation d’un traitement en utilisant la comparaison avec la réponse d’une population équivalente… Le séquençage du génome ouvre des perspectives nouvelles pour même anticiper des risques de maladies et non plus seulement de traiter les maladies une fois déclarées.
–        Développer de nouveaux services à la personne, payants ou non : Des applications apparaissent par exemple pour avertir un individu des risques pour sa santé dans un lieu donné (allergies, épidémies…). Des assureurs proposent le port d’objets connectés pour encourager des comportements plus favorables à la santé… mais pourraient également utiliser les données collectées pour optimiser l’évaluation du risque santé de leurs assurés.

Qu’en  pensez-vous ? Quelles sont les garanties dont vous souhaiteriez bénéficier pour une politique en matière d’ouverture de vos données personnelles ?

Pour participer à cette consultation publique organisée par le Ministère des affaires sociales et de la santé

Transformation digitale et Open Innovation des Industries de Santé : participez à l’Enquête FNIM – Doctors 2.0 & You 2016

Encore quelques jours pour répondre à l’Enquête FNIM – Doctors 2.0 & You 2016

Market iT Transformation digitale et Open Innovation des Industries de Santé  : participez à l’Enquête FNIM - Doctors 2.0 & You 2016 Digital

Les résultats seront présentés en avant-première le 26 et 27 mai 2016
à la Cité Universitaire de Paris lors de la 6e édition de Doctors 2.0 & You

Pour répondre à l’enquête en ligne

Pour consulter le programme de Doctors 2.0 & You 2016

e-Health Hype Cycle

Market iT e-Health Hype Cycle Digital

MEDEF 2016 – Olivier Gryson – La transformation digitale de l’industrie pharmaceutique

Allocution lors de l’Université du Numérique du MedefMarket iT MEDEF 2016 - Olivier Gryson - La transformation digitale de l'industrie pharmaceutique Digital
tenue le 17/03/2016 sur la transformation digitale de la santé et plus particulièrement de la prise en charge des maladies chroniques.

Quel impact pour l’industrie pharmaceutique ?

Olivier Gryson. Directeur de la Communication Digitale, Servier.

Les laboratoires pharmaceutiques à l’heure du marketing de la donnée

Avec la sophistication des techniques de ciblage en ligne et le développement rapide des “medical devices” connectés, la gestion et l’exploitation de la donnée devient un enjeu crucial pour les Big Pharma.
La stratégie promotionnelle des grands groupes pharma tend à se redéployer autour de deux objectifs prioritaires:

  • Privilégier une approche ROiste des investissements promotionnels (retours quantifiables donc mesurables).
    Nouer une relation « directe » avec le patient, à l’heure où ce dernier, de mieux en mieux informé, devient acteur de son parcours de soin.
  • Le marketing digital, longtemps délaissé par le secteur de la santé en général, représente donc un substitut de choix face aux approches classiques, et permet précisément de répondre à ce double enjeu.

Dans un souci d’optimiser les dépenses média d’une part et de se rapprocher des patients de l’autre, le niveau d’efficacité dans la collecte, l’analyse et le traitement de ces données devient un avantage compétitif majeur.

Market iT Les laboratoires pharmaceutiques à l’heure du marketing de la donnée Digital

Pour lire l’article de Jonathan Koskas